• Julie Carré

Stress, anxiété et hypervigilance... mieux comprendre son corps pour l'aider à guérir

Mis à jour : 6 août 2019



Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous partager une tranche de vie, parsemée de constats que j’ai fait dans les dernières années et de faits sur le corps humain que je ne connaissais pas et que j’ai découvert à travers ma formation en massothérapie. Si ça a été une révélation pour moi, je me dis qu’en le partageant, je pourrais aider (ne serait-ce qu’une seule personne) à mieux vivre avec son anxiété. J’ai tenté de vulgariser le plus possible. C’est un peu long, mais si vous ou un de vos proches vivez de l'anxiété au quotidien, ça vaut la peine de lire au complet pour bien comprendre.

Mon histoire

À 19 ans, j’ai subi un accident de la route durant lequel j’étais persuadée que j’allais mourir. Après cet accident, j’ai expérimenté toutes sortes de symptômes physiques et psychologiques. Diagnostic : syndrome de stress post-traumatique.


Durant PLUSIEURS années, j’ai vécu avec un trouble anxieux qui a prit toute la place. Étant une personne déterminée et résiliente, j’ai tout mis en œuvre pour comprendre mon problème, trouver des stratégies pour le contrer et finalement réussir à trouver la paix. Le massage californien m’a été d’un grand secours.

Tout le monde peut vivre de l'anxiété

Ça c’est mon parcours, mais pas besoin d’avoir vécu un choc post-traumatique pour vivre de l’anxiété et tout le monde peut passer par des épisodes anxieux dans sa vie. On reconnaît l’anxiété par une émotion désagréable qui combine des symptômes physiques (palpitations cardiaques, sensation d’étouffement, bouffées de chaleur, pression sanguine élevée, muscles tendus, engourdissements ou picotements) et des pensées négatives (inquiétudes, obsessions, doutes, craintes). Les troubles anxieux peuvent se manifester de façon très variables : attaques de panique, phobies, anxiété généralisée.


Pour ma part, j’étais prise d’attaques de panique. Dans ce trouble, l’anxiété se pointe au moment où on s’y attend le moins, sans élément déclencheur et l’intensité des symptômes atteint son pic en quelques minutes. La peur est incontrôlable. Elle est si intense et les réactions physiques sont si importantes qu’on a l’impression qu’on va s’évanouir ou même mourir.

Je me souviens très bien d’être dans mon salon en train d’écouter la télé et tout d’un coup me sentir comme si j’étais dans un avion qui allait s’écraser.

L’épisode de peur est très épuisant la plupart du temps et s’estompe habituellement en moins d’une heure. Le jour où on met un nom sur ce que l’on vit et qu’on sait qu’il n’y a pas de danger, on arrive à diminuer l’intensité des crises. Un médecin m’avait dit qu’une crise d’anxiété c’était comme avoir bu 12 cafés. C’est très inconfortable, mais ce n’est pas dangereux et la meilleure chose à faire c’est de respirer doucement, se changer les idées en occupant ses mains et son cerveau (moi je jouais de la guitare) et attendre que ça passe.


Ce qui devient handicapant, c’est la peur d’avoir peur. Comme on ne peut pas prédire les épisodes, on se met à éviter toutes sortes de situations pour échapper aux crises ce qui nous met dans un état constant de contrôle et d’hypervigilance, causant évidemment des répercussions importantes sur le corps humain. D’abord sur le système nerveux et ensuite ça se répercute sur tous les systèmes du corps (cardiovasculaire, respiratoire, digestif, immunitaire...).

Comprendre le système nerveux pour faire des choix aidants dans sa vie

Le système nerveux est une machine incroyable et expliquer entièrement son fonctionnement n’est pas nécessaire ici, mais pour les besoins de la cause, ce qui est important de comprendre pour modifier consciemment sa réaction face au stress quotidien et à l’anxiété, c’est le fonctionnement du système nerveux autonome. En fait, ce système comprend deux subdivisions soit le système SYMPATHIQUE et le système PARASYMPATHIQUE.


Les nerfs du système nerveux sympathique préparent le corps à des situations qui pourraient impliquer la lutte ou la fuite. À l’inverse, le système nerveux parasympathique régule la régénération. Il entre en action quand le corps se détend et lui permet de s’apaiser. Ces deux systèmes doivent être bien balancés pour garder le corps en équilibre.


Depuis la nuit des temps et pour chaque espèce vivante, la détection d’un danger par les organes sensoriels (odeur de fumée, vue d’un prédateur, bruit anormal) déclenche une alerte maximale du cerveau qui va amorcer une série de processus complexes qui vont mettre en action le système nerveux sympathique et préparer l’individu à la fuite. En activant les glandes surrénales, le cerveau commande la libération dans le sang d’hormones d’action comme l’adrénaline et la noradrénaline de façon à augmenter le rythme respiratoire, les pulsations cardiaques, l’apport d’oxygène aux tissus, ainsi que le niveau d’éveil et d’attention cérébrale, tous ces changements permettant de combattre ou de fuir rapidement le danger. La problématique avec l’anxiété et l’hypervigileance, c’est que l’anticipation d’un danger qui n’est PAS RÉEL va AUSSI déclencher ce processus.


Lorsqu’une personne est anxieuse et hypervigilante, son système nerveux sympathique fonctionne à pleine capacité ce qui crée un déséquilibre et met le corps dans un état de stress constant. La stimulation excessive du système nerveux sympathique peut créer ou aggraver avec le temps certaines maladies coronariennes, hypertension, ulcère, etc, ce qui finit par nuire grandement à la santé.

Vers la guérison

Quand le stress prend toute la place, le rythme cardiaque et la pression artérielle augmentent, la digestion ralentit et la libido diminue (ces fonctions étant mises en veilleuse pour permettre au corps de mobiliser toutes ses ressources d’énergie pour combattre le « danger »). Pour retrouver un équilibre dans sa vie et diminuer son anxiété, il faut équilibrer les deux systèmes et la façon de faire est de STIMULER LE SYSTÈME PARASYMPATHIQUE, c’est-à-dire s’offrir RÉGULIÈREMENT des moments de détente pour qu’éventuellement les deux systèmes finissent par être actifs de façon égale.


Pendant plusieurs années, le stress prenait toute la place dans ma vie. À un moment, mon corps était tellement fatigué d’être constamment en alerte que j’ai vécu un épisode de fatigue chronique. J’ai commencé à avoir un trouble du rythme cardiaque au quotidien qui a été l’élément déclencheur pour trouver une solution à mon problème. Sans le savoir à ce moment précis, je me suis mise à activer au maximum mon système nerveux parasympathique pour rééquilibrer le tout. J’ai inclus la massothérapie, le yoga et la méditation dans ma vie. Je me suis aussi mise à l’entraînement. La respiration et la détente ont été mes meilleures alliées et ont permis à mon organisme de se mobiliser pour se guérir. Je peux affirmer aujourd’hui que mon corps est guéri à 90 %. En changeant mon rythme de vie et en laissant entrer la détente et l’exercice dans ma routine, ma réalité a changé.


En gros, ce qui important de se rappeler, c'est que si vous vivez de l’anxiété, vous devez inclure consciemment et régulièrement de la douceur dans votre vie et de la bienveillance envers vous-même.

Les bienfaits du massage californien

Le massage californien est un massage à l’huile doux, fondé sur l’éveil des sens qui favorise le lâcher-prise et active ce fameux système parasympathique afin de régénérer le système nerveux. Il est très efficace pour aider à gérer le stress et à apaiser le corps. Et si vous ne le connaissez pas, il me fera grandement plaisir de vous le faire découvrir. 😊


Par contre, si vous n’êtes pas en mesure de vous offrir un massage, prendre un bain, lire un bon livre, aller marcher, faire du yoga, rire, méditer, écouter de la musique relaxante sont aussi de bons moyens pour s’apaiser et rétablir l’équilibre et la paix du corps et de l’esprit. N’hésitez pas à inclure ces pratiques dans votre vie de façon régulière.

0 vue

​© 2019 Julie Carré Massothérapie. Créé avec Wix.com

Photos sur le bord du fleuve : Sophie Jean photographe et graphiste